Le cannabis : quels en sont les inconvénients ?

Le cannabis : quels en sont les inconvénients ?

Aucun commentaire

Souvent, vous avez envie de ressentir une sensation de bien-être, d’extase, de suffisance et vous pensez à la consommation du cannabis. Cependant, il faut garder en tête que le cannabis a trop d’effets négatifs que positifs. Cet article vous en parlera plus.

Quelles sont les origines du cannabis ?

Le cannabis qu’on appelle aussi chanvre est une plante purement ancienne qui provient de l’Asie précisément de l’Himalaya. Depuis des millénaires, les hommes l’utilisent en Extrême et Moyen-Orient. Pour en savoir plus, il est important que vous vérifiez ceci. En effet, en 3500 avant J.C, assez de propriétés de cette plante ont été utilisées en premier en Asie. À cet effet, les graines permettaient de nourrir, les fibres de la tige servaient à fabriquer des cordages. Ces tiges permettaient aussi de faire des armes (filets de pêche, arcs...) et des tissus. On utilisait aussi les feuilles pour le pansement. Concernant sa résine, elle s’utilisait comme médicament pour guérir les spasmes et la douleur.

Quels sont les méfaits du cannabis ?

D’abord, la consommation de cannabis peut avoir plusieurs effets sur votre physique. Alors, elle s’explique par : une baisse de la salivation. Elle se traduit aussi, par des palpitations qui sont liées à l’élévation du rythme cardiaque. Aussi, les vaisseaux sanguins se gonflent. Le taux du sucre sanguin baisse également. Ensuite, il y a aussi les effets psychologiques sur celui qui consomme du cannabis. En effet, la consommation du cannabis est grave et ses effets dépendent de votre organisme. Ces effets sont liés à la régularité, la quantité, et la fréquence de votre consommation. Car la dépendance psychique est l’un des premiers dangers du cannabis. De plus, les inconvénients sur votre vie sociale et psychologique sont souvent assez lourds. Les effets psychiques reconnus de la consommation de cannabis concernent une régression de la mémoire immédiate et de la concentration. Il y a aussi la perte de motivation (scolaire, sociale, physique...). À cela s’ajoutent l’anxiété, la panique et un terrain trop bon à la dépression.